Le lien d’un bébé avec sa mère, nous le savons, est quelque chose d’unique et de précieux. Aujourd’hui, nous en avons la preuve scientifique avec une étude menée sur les rats : les douleurs d’un bébé s’apaiseraient au contact de sa mère.

C’est un groupe de chercheurs américains de la New York University Langone Medical qui a présenté une étude étonnante réalisée sur des rats.

La présence de la mère modifie les données cérébrales

Pendant cette étude, des bébés rats ont reçu des impulsions électriques douloureuses ou agréables. Certains aux côtés de leur mère, d’autres seuls. Les résultats sont sans appel : chez les rats qui souffraient, des centaines de gènes réagissaient au contact de l’impulsion. Or, entre les bébés en présence de leur mère et les autres, moins d’une centaine de gènes réagissaient de la même manière. Ceux qui bénéficiaient d’une présence maternelle réagissaient différemment, pas seulement sur un plan comportemental, mais aussi sur un plan purement physique. Cette seule présence suffit donc à modifier la perception de la douleur du nourrisson en profondeur, en plus de le rassurer et de le réconforter.

Un élément important pour les recherches sur le nourrisson

Selon la coordinatrice de cette étude, Regina Sullivan, cette découverte a une importance majeure dans la façon d’envisager le soin au nourrisson. En effet, pour éviter les souffrances des tout-petits, toutes les pistes doivent être explorées : pas uniquement les pistes médicamenteuses qui sont en général préféré, mais on pourrait donc y ajouter la présence maternelle, l’odeur de la mère, ou le « peau à peau » qui a déjà fait ses preuves. Maintenant que l’on sait que les bénéfices d’une présence maternelle ne sont pas seulement psychologiques sur les bébés, mais qu’ils sont aussi bel et bien physiques, on peut espérer une reconsidération plus sérieuse et plus prioritaire de ce paramètre.

On attend la suite avec impatience…

Pin It on Pinterest

Share This