Préparer la rentrée, c’est pas toujours évident…Ton enfant a été accepté en crèche ? Bravo, tu as fait le plus difficile, car cela tient de l’exploit de trouver des places d’accueil. Ceci dit, si les obstacles s’arrêtaient là, ça ne serait pas drôle? Surtout s’il s’agit pour bébé de ses premiers pas, ou plutôt premiers quatre pattes, hors du cocon familial.

Les avantages de la crèche

La crèche offre l’avantage d’un environnement sécurisé et rassurant, tant pour les bébés que les parents. Ton enfant y découvrira un nouvel univers où il développera ses capacités d’adaptation et se socialisera. Le cadre professionnel et le personnel formé des structures d’accueil est un gage de qualité pour bébé, et surtout il sera plus amusant pour lui d’évoluer dans un contexte fait pour lui, entouré de ses semblables, que de rester toute la journée avec papa et maman qui, même s’il ne s’appelle pas Jordi, passeront leur temps à lui dire « fait pas ci, fait pas ça » …

La première séparation

Il est très important de bien préparer bébé à son nouveau travail. Même s’il ne passe pas directement du tapis d’éveil au costume trois pièces et attaché-case, le changement est important pour lui. Il ne faut donc pas négliger l’adaptation même si, tous autant que nous sommes, les contraintes que cela implique ne nous font pas forcément plaisir. Il faut en effet prévoir une période de deux semaines durant lesquelles bébé ira à la crèche d’abord une demi-heure en présence d’un des parents, voire des deux, puis chaque jour un peu plus longtemps avec des absences également plus longues des parents. C’est indispensable pour qu’il apprenne en douceur à se séparer de toi. Rassure-toi, ce n’est pas un traumatisme pour lui, tu en auras la preuve dans quelques années lorsque ton bébé n’aura pour seul but dans la vie que d’être le plus loin possible de toi et durant le plus grand laps de temps …

Nous parlons de bébé, mais celle ou celui pour qui la séparation peut être la plus difficile est souvent … maman ou papa. Beaucoup craignent en effet d’être séparé de la chair de leur chair (tu verras, une fois que tu t’y seras faite, ça peut aussi avoir du bon quand bébé traverse des phases où son passe-temps favori est de tester les limites et donc de chercher, et souvent d’y arriver, à t’exaspérer). N’oublie jamais que tout ceci est normal et que c’est bon pour l’équilibre de tous que l’autre ne soit pas le seul et unique point d’intérêt au monde. Ainsi, nous t’encourageons à expliquer à ton bébé durant les jours qui précèdent le début de la crèche ce qui va se passer, que tu ne vas en aucun cas l’abandonner, qu’il va rencontrer d’autres enfants, que tout se passera bien, etc… . Cela sera bénéfique pour lui autant que pour toi de bien être préparés.

La logistique

Afin d’être sûr de ne rien oublier, commence par te renseigner auprès du personnel de la crèche pour savoir ce qu’ils fournissent et ce que tu dois apporter. Outre le bébé, on te demande généralement de fournir les couches, le lait, les bibs et la tétine, souvent les lingettes ou le liniment et le coton.

Nos astuces

  1. Munis-toi d’un feutre indélébile pour marquer les habits, tu seras surprise de constater à quel point les habits que tu penses être uniques vont aussi bien aux autres enfants.
  2. N’oublie pas une paire de chaussons en cuir souple de préférence
  3. L’été, un chapeau ou une casquette sont indispensables, de même que de la crème solaire
  4. Des habits de rechange en suffisance vu la vitesse à laquelle ils sont capables de se salir. Attention, n’oublie pas que 1) bébé passe passablement de temps à quatre pattes, donc ne lui mets pas de trop beaux habits, 2) le personnel de la crèche doit s’occuper de plusieurs bébés à la fois et apprécie que tu habilles bébé de manière pratique ; oublie les boutons compliqués, les salopettes, les jolis petits gilets par dessus une jolie petite chemise style Marie-Chantal, mais préfère les pantalons munis d’un élastique qui s’enfilent facilement, les pulls faciles à mettre, les sweats ou vestons avec fermeture éclair.
  5. En cas de maladie ou traitement médical, prend le temps nécessaire pour que le personnel de la crèche soit bien informé du traitement et de la posologie. Enfin, le plus important de tout pour que bébé garde un point de repère et de ne pas oublier son doudou.

Une fois qu’on y est

Félicitations, tu as maintenant passé l’écueil du nombre de places en crèche, de l’adaptation et de l’apprentissage de la séparation.Tu te crois arrivée pour autant ? Hé non, prend ton mal en patience, ce n’est pas fini. Il reste un point important à gérer, et tu as intérêt à bien t’y prendre sous peine de moment pénibles qui peuvent facilement ruiner tes journées et ton humeur … j’ai nommé « la comédie du matin ».

La comédie du matin

Parce que nos petits bouts sont très malins, ils vont tôt ou tard te faire le coup du « je veux pas la crèsse », voire pire d’une sorte de chantage affectif du genre « tu es un parent indigne, comment oses-tu m’abandonner avec ces monstres qui me maltraitent toute la journée ? », parce qu’ils se rendent bien compte que nous culpabilisons et voulons le meilleur pour eux.

Deux éléments sont clés :

1) explique lui que tu reviens le chercher, que tu ne l’abandonnes pas, dis lui, même s’il ne sait bien sûr pas lire l’heure, à quelle heure tu viens le chercher, et surtout respecte l’horaire pour ne pas trahir la confiance qu’il a placée en toi. Mets toi à sa place, ça fait 20 minutes que la puéricultrice lui dit que maman ou papa va arriver parce que tu lui as annoncé l’heure et lui, telle Sœur Anne, ne voit toujours rien venir. Crois-tu qu’il t’accueillera avec des roses… 🙂 ?

2) ne fais pas durer les adieux le matin, ça ne fait que compliquer les choses. Prends le temps de l’embrasser, de lui expliquer qu’il passera une bonne journée avec ses potes, comme énoncé ci-dessus dis lui à quelle heure tu viendras le chercher. Surtout sois optimiste, souriante pour associer l’humeur aux paroles, bébé est très sensible au ton de ta voix. Si tu êtes pressée, ne le lui fais pas sentir, il pourrait se sentir comme étant un obstacle et croire que tu veux te débarrasser de lui. Enfin, ne prolonge surtout pas les adieux inutilement, il ne comprendrait pas que tu dises partir pour finir par ne pas le faire. Ne culpabilise pas s’il fait une crise de larmes, cela fait partie du processus et ne dure en général que deux minutes. Au bout de quelques tentatives, il arrêtera de lui-même car les enfants sont bien plus malins que nous et ne font que ce qui fonctionne. Le plus important est de rester ferme et cohérente. Il ne faut surtout pas revenir après avoir dit au revoir à bébé, sinon le pauvre va attendre toute la journée que tu reviennes.

Le feed-back en fin de journée

Outre le respect de l’horaire vis-à-vis de bébé, il est aussi important d’arriver à l’heure pour pouvoir bénéficier du feed-back des professionnels qui ont veillé sur la prunelle de tes yeux durant la journée.

Ton bébé n’est pas une voiture qu’on gare et qu’on reprend sans y faire attention. Comme nous, il a des bonnes et des mauvaises journées, il vit des moment sympas, s’adonne à des activités, apprend des choses, etc … . Il est donc important d’offrir une oreille attentive au feed-back de la personne qui s’en est occupée. C’est non seulement intéressant de savoir ce que bébé a fait durant la journée (on ne parle pas du nombre de fois où il a fait areu-areu ou l’heure à laquelle il a contribué à l’hygiène de la crèche en léchant le sol), mais surtout s’il est de bonne ou mauvaise humeur, s’il a bien mangé ou non, si son transit fonctionne correctement, s’il va à la rencontre des autres ou si au contraire il a tendance à rester renfermé sur lui-même, etc … . Cela te donne des informations importantes sur son état général, mais aussi te facilitera la vie pour pouvoir gérer au mieux la fin de journée que vous passerez ensemble.

Nous espérons que ces quelques lignes contribueront à une rentrée dans la joie et la bonne humeur et nous réjouissons de lire tes commentaires et ton partage d’expérience.

Pin It on Pinterest

Share This