Le saumon toxique : la saga des scandales alimentaires continue avec un mauvais élève inattendu : le saumon d’élevage bio.

Les autorités norvégiennes ont admis il y a 3 ans que leur saumon d’élevage peut être mauvais pour la santé. Depuis, il y a eu une amélioration de la contamination des saumons traditionnels, mais avec une surprise de taille lors de la dernière étude sur le sujet. En effet, l’émission française Thalassa et le magazine 60 millions de consommateurs ont rendu publique une étude où le saumon bio paraît plus toxique que le conventionnel.

Tout d’abord, pourquoi le saumon est toxique ?

Des journalistes du journal norvégien VG ont publié il y a 3 ans, une enquête sur le sujet et obligé leurs autorités d’admettre après plusieurs années de polémiques, que son poisson gras star des ventes était à diminuer, voire à proscrire de l’alimentation de certaines personnes en particulier les bébés et les femmes enceintes.

Ce poisson outre le fait qu’il est rempli de poux (miam miam) est nourri aux farines animales, aux antibiotiques et autres joyeusetés… On y trouve des polluants tels que les dioxines et le PCB. « Ces polluants retrouvés dans le saumon d’élevage ont une mauvaise influence sur le développement du cerveau, et sont associé à l’autisme, à l’hyperactivité et à la baisse de QI. On sait aussi qu’ils peuvent avoir un effet négatif sur les défenses immunitaires, le système hormonal et le métabolisme. Ils se transmettent aussi par allaitement. Si l’on a besoin d’oméga-3 provenant du poisson, le maquereau et le hareng sont très bien. » révèle le docteur Bjorke Monsen membre du laboratoire indépendant qui a réalisé l’étude.

Quand le ministère de la santé nous recommandait d’en manger 2 à 3 fois par semaine

Un joyeux programme donc en perspective pour les mangeurs de saumon ! D’autant que beaucoup le faisaient pour être en bonne santé, suivant les recommandations du ministère de la santé qui nous expliquait encore il y a peu qu’il fallait manger un poisson gras deux à trois fois par semaine.

Connaissez-vous le Diflubenzuron ?

Mieux encore, des biologistes soupçonnait que le saumon de Norvège contenait un insecticide, le Diflubenzuron. La ministre de l’agriculture novégienne interrogée à ce sujet par Bruno Le Maire à l’époque, avait alors répondu qu’il s’agissait d’«informations fallacieuses ». Il n’en pas fallu plus à la Russie pour interdire l’importation de saumon Norvégien. En France, il représente plus de 80% du saumon consommé !! En attendant que nos autorités sanitaires se saisissent du problème, il vaut mieux lire les étiquettes, en particulier pour les femmes enceintes, allaitantes et les parents d’enfants et acheter soit un autre type de poisson ou bien du saumon provenant d’ailleurs et surtout pas du bio…

Et pourquoi le bio est à éviter ?

Dans l’industrie du saumon, un mauvais élève inattendu: le saumon bio. Le saumon frais issu de filières conventionnelles, qu’il vienne de Norvège ou d’Irlande, est moins contaminé qu’avant, mais le bio l’est bien plus. 10 pavés de saumon frais ont été testés et ont révélé que les pavés de saumon bio seraient les plus contaminés la nouvelle enquête de 60 millions de consommateurs. Ces analyses confirment qu’un poisson gras est davantage susceptible de concentrer des substances chimiques.

Alors on fait quoi ?

Eviter le saumon en particulier le saumon frais et le bio. Les petites sardines, riches en acides gras (EPA et DHA) sont une très bonne alternative à ce poisson car il s’agit d’un des poissons les moins pollué

Si vous voulez quand même en consommer, acheter du sauvage (surtout pas d’élevage) et si cela n’est pas possible, préférer le saumon fumé au saumon frais.

Pin It on Pinterest

Share This